81 / 100 SEO Score

Pourquoi ta belle-mère (que tu hais) est ta meilleure alliée pour frapper les esprits… et ne pas grossir le cimetière des entrepreneurs maudits

Et gna gna gna, pour bien vendre, concentre-toi sur ton email marketing. Et gna gna gna, si tu veux être bon dans ta stratégie marketing, pense référencement naturel. Et surtout, gna gna gna, le web marketing passe par un abonnement à un autorépondeur et… Bullshit ! Fuck. Basta.  Arrête tout. Les outils, tu t’en fous. Les conseils bidon du style “comment gagner 1 000 abonnés Instagram sans forcer ton talent”, c’est moisi. Le plus urgent, c’est de t’entraîner. De forger ton style. Comme un artisan souffle des centaines de verres avant de trouver l’alchimie parfaite. Et pour ça, ta meilleure alliée pour marquer les esprits, c’est ta belle-mère. Je t’explique pourquoi.

Ce que tu vas lire dans ce post :

  • ce que cherchent vraiment les gourous autoproclamés du webmarketing et pourquoi tu dois te méfier ;
  • qu’est-ce qui est le plus urgent pour toi, néo-entrepreneur qui veut vendre ;
  • ce secret de journaliste que j’ai découvert après mes articles sur d’horribles violeurs et qui va passionner tes lecteurs.
photo de ta belle-mère diabolique qui va t'aider à marquer les esprits

Tu te demandes : « Ma belle-mère, qu’est-ce qu’elle a à voir avec mon brand content ? » Tu vas vite comprendre…

Elle est douée pour marquer les esprits. Quand tu la vois, tu ne te dis pas, « est-ce qu’elle va encore me balancer une de ses vacheries ? ». Mais « quand est-ce qu’elle va me la lâcher, sa remarque pourrie ? » Surtout, tu trouves qu’elle est vraiment douée, ta belle-mère, pour te faire baisser ta garde. Te mettre en confiance. Et c’est quand tu t’y attends le moins qu’elle te lance son scud. Sa saloperie. Et pendant tout le reste du week-end, tu rumines ça… Pourtant, cet être que tu ne peux pas blairer, c’est ta meilleure alliée pour ta communication efficace… Car avec ses vacheries, elle marque les esprits. Ceux qui la détestent ne l’oublient pas.

Bon, OK. Tu dois te dire, « mais qu’est-ce qu’il lui prend au père Damien Ricaut, il pète un plomb, ou quoi ? ». « Ma belle-mère, qu’est-ce qu’elle a à voir avec mon brand content  ? » « Comment ses fions peuvent me fournir une ligne éditoriale ? ». T’inquiète pas. Je ne suis pas tout à fait sénile. Tu vas bientôt comprendre où je veux en venir. Mais avant, je dois te secouer un peu.

Tu veux marquer les esprits ? Alors, pourquoi tu perds ton temps avec ça…

Tu te gaves tous les jours de tutos You Tube. Tu lis dès que possible un article de blog sur “comment réussir sur le web”. Tu prends frénétiquement des notes sur les derniers outils marketing. Mieux, tu achètes des formations sur les funnels marketing, qui te détaillent des stratégies en 25 étapes où même un étudiant en maths sup y perdrait ses petits.

Tous ces gourous autoproclamés du social media, qui te vendent leur soupe, t’ont-ils VRAIMENT aidé à marquer les esprits avec ta production de contenus ?

Mais voilà. Tous ces gourous autoproclamés du social media, qui te vendent leur soupe sur You Tube, t’ont-ils fait progresser dans tes objectifs ? Est-ce que tu as pu observer CONCRÈTEMENT des progrès depuis que tu remplis ton carnet de leurs “super conseils” de webmarketing ? As-tu tous les jours de nouvelles inscriptions à ta newsletter ? Pourtant, les gourous, ils te rabâchent que c’est super simple, le content marketing…

Leurs outils marketing sont-ils vraiment ta priorité alors que tu ne sais pas encore comment avoir une communication efficace ?

Tous ces experts qui inondent le web avec leur argumentaire bien rôdé, ils ne veulent qu’une chose : que tu grossisses leur liste emailing. Que tu gonfles leurs statistiques pour mieux vendre leurs cours de stratégie digitale…. Laisse-les tomber. Leur soupe, elle vient trop tôt pour toi. Tu mates le plat de résistance. Alors que tu n’en es qu’à l’apéro.

illustration d'un diable prêt à marquer les esprits

Tu l’as compris au fond de toi, qu’il y a un truc qui cloche dans ce qu’on te vend.

Et tu le sais déjà tout ça, si tu lis cet article de blog. Tu l’as compris au fond de toi, qu’il y a un truc qui cloche dans ce qu’on te vend. Tu es conscient que c’est trop tôt pour parler stratégie. En plus, ton compte en banque n’est pas un puits sans fond. Tu ne peux plus te permettre de balancer tes euros dans des formations qui ne te sont pas utiles (pour le moment).

Et tu sais que le storytelling, c’est le top. Qu’il n’y a pas mieux pour ancrer un discours convaincant dans la tête de tes futurs clients. En plus, c’est gratuit. C’est du temps que tu dois y consacrer. Pas de l’argent. Si tu commences dans la communication digitale, le plus utile pour toi, ce n’est pas de parler tactique ni outils. C’est trop tôt. Tu dois forger ton style. Tu dois passer un message qui va captiver.

Ce qui est le plus urgent pour toi, entrepreneur qui veut trouver des clients

Le plus urgent pour toi, nouveau venu dans le monde difficile de l’entrepreneuriat, ce n’est pas de te gaver de Seo et d’Adwords. Ce n’est pas de te torturer avec ton livre blanc. Ce n’est pas de faire une étude de marché comme te le suggère la CCI.

Le plus urgent, c’est de trouver tes mots. De bâtir l’histoire de ta marque. De devenir impactant.

le storytelling marque les esprits - photo d'un oeil qui pleure

Si ton message est aussi plat que l’électroencéphalogramme d’un zombi de Walking Dead, tu ne vas pas sortir de la masse. Tu seras enterré vivant.

Car tu peux avoir les meilleurs outils marketing du monde. Tu peux te faire un calendrier éditorial aux petits oignons. Si ton message est aussi plat que l’électroencéphalogramme d’un zombi de Walking Dead, tu ne vas pas sortir de la masse. Tu seras enterré vivant. Tu seras oublié dans ta tombe de néo-entrepreneur.

Et pour réussir à créer ta communauté, n’est-il pas important pour toi d’émouvoir ceux auxquels tu t’adresses ? Est-ce que tu ne dois pas marquer les esprits ? Ce que tu dis, ce que tu écris, ne doit pas s’imprimer comme une voix off dans les esprits de tes (futurs) clients ? Pour qu’ils t’identifient TOUT DE SUITE, comme LA référence. Pour qu’ils reconnaissent ta voix. Pour te faire sortir du lot.

Pour que ton histoire frappe les esprits, tu vas y glisser une bête immonde.

Comment mettre de l’humain dans ta communication d’entreprise ? Comment attirer l’attention avec ta prise de parole ?

En ayant une structure narrative que les autres n’ont pas. En racontant une histoire comme les autres ne le font pas. Et pour ça, ton meilleur allié, c’est un vrai méchant. Ta bonne stratégie, c’est de donner en pâture un truc douloureux. De parler d’un ennemi qui te fait mal. Qui te ronge. Pour que ton copywriting frappe les esprits, tu vas y glisser une bête immonde. Comme ta belle-mère. Tu comprends mieux maintenant où je veux en venir ?

Voici mon secret de journaliste pour marquer les esprits de mes lecteurs

Quand j’étais journaliste, j’ai couvert pas mal de chroniques judiciaires. J’ai été confronté à ce qu’il y a de plus odieux chez l’homme. Des violeurs d’enfants –éducateurs sportifs dans des clubs de foot- qui pleurent comme des fifilles devant leurs juges. Des proxénètes au rire qui fait froid dans le dos et qui adressent un beau doigt d’honneur à l’avocat de la défense (dans son dos, évidemment). J’ai vu aussi des familles applaudir quand le fi-fils favori est ressorti libre alors qu’il était accusé d’avoir copieusement tabassé sa femme. Désolé, c’étaient des saloperies, ces types.

Et bien, tu veux que je te dise ? Plus ce “méchant” était ignoble. Plus son inhumanité était écœurante. Et plus mes lecteurs aimaient. Plus ils se jetaient sur les articles avec délectation.

Ce qui passionnait mon lecteur, c’était la tension qui ressortait du papier. C’était le dénouement qu’ils espéraient à la hauteur de l’ignominie du méchant.

Ne te trompe pas. Ce n’était pas une curiosité morbide de la part de mes lecteurs. Ni une attirance malsaine pour les ignobles. Ce qui les passionnait dans toute l’histoire que je leur donnais, c’était la tension qui ressortait du papier. C’était le dénouement qu’ils espéraient à la hauteur de l’ignominie du méchant.

Pourquoi tu dois faire mal comme une écharde qui se glisse sous tes ongles

Donc, quand tu écris ton histoire. Quand tu fais le script de ta vidéo, pense à ta belle-mère. Tu dois te focaliser sur les fions qu’elle t’envoie. Et qui te font mal comme une écharde qui se glisse sous tes ongles.

marquer les esprits photo d'une femme costumée en diable

Quand tu fais le script de ta vidéo, pense à ta belle-mère. Tu dois te focaliser sur les fions qu’elle t’envoie.

Dans ton contenu, décris bien ton ennemi. Le plus précisément possible. Dis dans ton storytelling comment ce méchant te blesse. Comment il s’immisce dans ta vie. Comment il t’empêche d’avancer. Comment il pollue tes nuits.

N’aie pas peur d’en parler. Tu vas créer de la tension. Jusqu’au bout. Et tu vas te démarquer. Car tes lecteurs vont faire comme ceux de mes articles. Ils vont bouffer tes mots. Jusqu’à la fin. Pour savoir COMMENT tu as terrassé ce putain de méchant. Comment tu as remballé ta belle-mère.

Damien RICAUT, storyteller

2 commentaires

Sonia · 25 avril 2019 à 22 h 30 min

C’est un des meilleurs articles que j’ai lu.
Tu as un don.
J’adorais savoir écrire comme toi.
Tu as raison sur tous les gourous.
Ils font tous des copier-coller. Il ne maîtrise pas leur sujet. Bref merci pour tout 😍

    Damien Ricaut · 26 avril 2019 à 10 h 41 min

    Bonjour Sonia,

    Je suis toujours content quand la communauté des Slow Writers s’agrandit. Continue d’écrire pour tes lecteurs. Fascine-les. Apprends-leur de nouveaux trucs. Et tu verras, ils te le rendront au centuple. Surtout, tu t’endormiras le soir en te disant : “Aujourd’hui, j’ai tendu la main, et on m’a répondu.” Et ça, ça vaut tous les likes du monde.
    PS : je t’envoie par mail le conseil que je donne à mes élèves en storytelling. Une seule phrase, qui peut tout changer dans tes posts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *