fbpx
84 / 100 SEO Score

Comment avoir confiance en soi quand il faut parler face aux autres ? (Et être un leader comme Nelson Mandela alors que même vos enfants ne vous écoutent pas)

Vaincre le manque de confiance en soi : vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi on en parle autant ces dernières années ? D’après l’institut TNS – Sofres, plus de la moitié des hommes et femmes sondés (54 %) se déclarent complexés. Les raisons sont multiples. Exigences de productivité. Stress permanent. Peur du chômage. Solitude sentimentale. Manque d’estime de soi. Quand on est confronté au sentiment de la perte de confiance, comment s’en sortir ?

Le manque de confiance en soi, ce n’est PAS un petit problème psychologique

Le manque de confiance en soi n’est pas à prendre à la légère tant il est invalidant.

D’après un sondage TNS Sofres paru dans Psychologies Magazines, près de 68 % des sondés ne sont pas sûrs d’être intelligents (dont 72 % de femmes). Et 69 % ne sont pas certains de savoir s’exprimer (avec, encore une fois, 72 % de femmes).

Pire : plus de la moitié des hommes et femmes sondés (54 %) se déclarent complexés. La preuve que croire en soi n’est pas si facile.

Pour en avoir souffert, je sais à quel point ce problème peut vous pourrir la vie et créer du stress :

  • Vous n’acceptez pas une promotion parce que vous ne vous estimez pas assez compétent.
  • Vous dénigrez vos bons résultats que vous attribuez à des facteurs économiques extérieurs (à rapprocher du syndrome de l’imposteur).
  • Vous minimisez votre parcours, car vous pensez qu’il est d’abord dû… à de la chance.
  • Vous êtes hyper exigeant envers vous-même.

Bref, vous avez tendance à rester à votre place, à faire gentiment votre travail dans votre coin. Ou à minimiser vos qualités.

Alors, vous voyez passer les promotions de collègues pourtant moins expérimentés, ou aux résultats moins bons. Mais eux, au moins, affichent une belle confiance. Ils avancent leurs points forts.

Si la méthode Coué marchait pour guérir le manque de confiance en soi, ça se saurait, non ?

Conclusion, je ne supporte pas les articles qui évoquent la perte de confiance en soi comme d’un problème psychologique mineur.

La plupart de ceux qui en parlent avec autant de détachement ne l’ont pas vécu. D’autant plus que ce satané manque apparaît à des moments importants de nos carrières (recherche d’un nouveau job, création d’entreprise, lancement de produit, etc.). Ou de nos vies (relation amoureuse, amitié déçue, trahison, etc.)

Je hais aussi les conseils donnés par les adeptes de la Méthode Coué, du type : « Positivez tous les matins, dites-vous à quel point vous êtes merveilleux et vous verrez, tout ira mieux. » Bullshit.

Si cette psychologie positive fonctionnait, ça fait belle lurette qu’on ne parlerait plus du manque de confiance en soi.

Comment avoir retrouver la confiance en soi ? Voici le secret…

Pour en finir avec ce problème, je ne me suis pas tourné vers les coachs ni les experts psychologues auto-proclamés.

J’ai observé celles et ceux qui sont le plus confrontés au manque de confiance. Et comment ils y font face. Qui sont-ils ? Les artistes, les sportifs.

Avoir confiance en soi, pour eux, c’est vital. Se rassurer sur leur capacité à gagner, aussi.

confiance en soi storytelling _ dessin d'un homme en cravate qui sourit
On sourit quand on a confiance en soi. Cette confiance peut se regagner grâce au storytelling, en transformant votre parcours en véritable aventure.

J’ai deux nouvelles à vous annoncer. Une bonne et une mauvaise :

  • La mauvaise : ces pensées négatives ne disparaîtront jamais totalement.
  • La bonne : elles peuvent être canalisées de façon simple et efficace (c’est-à-dire qu’elles vous perturberont beaucoup moins). Vous vous ferez plus confiance.

Le philosophe Charles Pépin a donné des exemples de sportifs ou d’artistes dans son dernier livre “La confiance en soi” (Allary éditions).

J’ai compris en le lisant que la confiance en soi, la peur de l’échec, le syndrome de l’imposteur sont étroitement liés. Une phrase de Charles Pépin m’a vraiment frappé : « Aucune confiance en soi durable n’est possible sans connaissance de soi, sans creuser un sillon qui nous correspond. »

Une histoire authentique va faire vibrer celui qui vous écoute.

Que dit le philosophe Patrick Pépin quand il s’exprime ainsi ?
– que vous n’avez pas besoin d’apprendre une énième méthode de reiki ou de yoga (même si ça peut vous aider),
– que ce qui vous arrive n’est pas de votre faute,
– que vous devez arrêter de vous flageller.

Il dit que vous devez vous réconcilier avec votre histoire. Avec votre passé.

Il dit que ce qui vous est arrivé, vous ne devez pas en avoir honte. Mais vous devez le prendre comme une épreuve que vous avez surmontée.

C’est là qu’intervient votre sauveur, le storytelling. C’est-à-dire l’art de raconter une histoire authentique, qui va faire vibrer celui qui vous écoute. Vous apporter de la crédibilité. Et une sérénité retrouvée.

Pourquoi ? Parce que dans toutes les grandes histoires (sauf celles des super-héros type Superman, et encore), les héros ne le deviennent pas tout de suite.
Ils connaissent des échecs.
Ils affrontent leurs doutes. Leur scepticisme.
– Ils agissent en surmontant leur peur.

Et ceux qui vous écoutent, au fond d’eux, le savent tout ça.

Ils savent aussi que vous leur ressemblez.
– Personne n’a une estime de soi absolue.
– Personne garde son sang-froid tout le temps.
– Personne n’a un courage à toute épreuve.

Dans la Guerre des Étoiles, Luke Skywalker n’a pas détruit l’Étoile de la Mort en claquant des doigts. Il a suivi un chemin difficile. C’est ça qui a passionné des millions de spectateurs.

Nelson Mandela n’a pas vaincu l’apartheid comme un super héros. Il a subi des affronts dans son pays, l’Afrique du Sud. Il a souffert.

Les héros (de fiction ou réels) sont comme vous. Ils n’ont pas une confiance en eux débordante. Ils ne sont pas infaillibles.

Et vous voulez savoir le meilleur ?

Ce ne sont pas leurs performances qui captivent. Mais COMMENT ils y sont arrivés.

Ce sera pareil pour vous,
– face à un recruteur pour un entretien d’embauche,
– face à votre équipe lors d’une réunion de management,
– face à votre supérieur pour négocier quelque chose,
– face à des investisseurs pour défendre votre projet,
– face à un banquier pour le convaincre de vous financer.

Bref, dès que vous devrez prendre la parole pour défendre vos intérêts.

Le secret, c’est d’adapter les techniques de Hollywood à votre propre parcours. Et d’en faire une histoire captivante.

Retrouver la confiance en soi pendant une prise de parole grâce au storytelling : voici la méthode qui marche

Est-ce clair pour vous ?

Je sais, ça surprend, mais le storytelling fonctionne pour des millions de spectateurs quotidiens.

Les studios de cinéma de Disney investissent des fortunes sur de tels scénarios.

– Des hommes politiques comme Obama ou Trump ont des conseillers spéciaux qu’ils paient à prix d’or pour leur fabriquer une belle histoire.

– Des chefs d’entreprises aux réussites indécentes comme Steve Jobs (Apple) ou Elon Musk (Tesla) jouent à fond la carte du storytelling pour fasciner leurs clients.

Alors, pourquoi vous ne le faites pas pour votre propre histoire ?

Prenez le cas (vécu) d’un chercheur d’emploi qui tente une nouvelle aventure professionnelle. Vous avez trois priorités sur lesquelles vous concentrer.

  1. Vous devez convaincre des recruteurs de vous embaucher alors que vous avez un parcours atypique. Donc, vaincre votre manque de confiance en vous est vital. C’est votre quête.
  2. Vous y parviendrez en transformant ce parcours sinueux en une histoire à rebondissements.
  3. Vous serez un héros qui a vaincu ces ennemis.
Comment retrouver confiance en soi quand on prend la parole 1 confiance en soi
L’estime de soi est très importante pour donner une belle image aux autres.

Voici votre méthodologie de storytelling pour reprendre confiance en vous :

1- Les éléments de votre histoire


– Pensez à votre quête (votre objectif).
– Identifiez vos méchants (les éléments extérieurs qui vous ont empêché de réussir votre quête). Ex. : un burn-out, une dépression, le chômage, un échec à un concours.
– Gardez en mémoire le moment où la tension était la plus forte en vous (le climax).
– Souvenez-vous de ceux qui vous ont aidé (ce sont vos guides).
– Et projetez-vous : pensez au bonheur que vous avez atteint quand vous avez réussi votre quête.

2 – La scénarisation de votre histoire

Une fois les éléments de votre histoire définis, scénarisez-la.
– Chaque élément doit être précisé (date, nom, contexte).
– Si possible, rappelez-vous des émotions que vous avez ressenties lors du climax (forte tension). Quand votre guide vous a parlé de sa solution (vos doutes, vos attentes). Quand ça n’allait pas (au début de votre quête).
– Découpez le tout en tableaux (prenez des notes : une page par élément).

3 – La trame de votre histoire

Voici mon propre exemple :

Elle est simple. Pour reprenez tous les éléments de votre histoire (1). Et vous respectez l’ordre que je vous ai donné. En commençant par “Je”.

Exemple : « Si je me retrouve devant vous aujourd’hui, c’est parce que j’avais l’espoir de… »

Vous répéterez votre histoire jusqu’à ce que vous la connaissiez (presque) par cœur.

Dans mon cas :

– Personne n’a voulu m’embaucher à ma sortie d’école lors de ma reconversion professionnelle ? Et j’ai de beaux trous sur mon CV ? Par grave, ces refus m’ont poussé à aller vers d’autres voies. Où je me suis éclaté.

– Je ne connaissais pas le métier et je n’avais pas d’expérience ? Mon manager était mon guide spirituel, mon Obi Wan Kenobi de la Guerre des Étoiles, qui  a formé Luke Skywalker.

Je me suis bâti mon scénario. Une trame de discours. Et ça marche !

J’ai repris confiance en moi. Mon discours est clair. Grâce à lui, je peux convaincre ceux qui m’écoutent.

« En apprenant le tennis, Serena Williams, dit Charles Pépin, a découvert de quoi elle était capable, quelles étaient ses forces, mais aussi ses faiblesses, quel genre de femme elle était. »

Avec les résultats qu’on sait (Serena domine le tennis mondial et pulvérise ses adversaires).

Alors, vous n’êtes pas un surhomme. Vous n’êtes pas Wonderwoman. Vous avez vos faiblesses. Soyez-en conscients.

Faites-en une belle histoire authentique pour reprendre confiance en vous. Et donc séduire les autres.

Damien Ricaut, storyteller

P.S. : Vous, ou une personne de votre entourage, doit bientôt passer un entretien de recrutement ? Vous cherchez une méthode pour décrocher (enfin) le job qui vous fait rêver ? Cliquez vite ici pour découvrir comment le storytelling va vous aider à coup sûr à atteindre votre rêve.