88 / 100 SEO Score

Rédacteur, est-ce que tu souffres du syndrome du lâche politicien ? (Découvre si c’est le cas, et guéris vite avec ce traitement de choc)

Tu as appliqué ton manuel de parfait padawan du marketing digital. Tu as coché toutes les cases de l’article à la sauce optimisation SEO (tout le check-up aussi prise de tête qu’un décollage d’un long-courrier). Bref, tu es content de toi. Tant mieux… Mais dis-moi, ce que tu dis dans ton article, en quoi c’est différent de ce qui se dit déjà sur le web ? En quoi tu apportes une solution nouvelle au problème de ton lecteur ? Autrement dit (plus cash, donc), qu’est-ce qui t’autorise à te taper sur le bide en t’autocongratulant comme un politicien qui vient d’être élu ?

Ce que tu vas apprendre dans cet article (temps de lecture : 5 min 42) :

  • Pourquoi tu es une cible facile pour les vendeurs de rêves.
  • Pourquoi ta générosité t’aveugle.
  • Comment font les entrepreneurs qui réussissent sur le long terme (à l’inverse des politiciens).
  • Le meilleur moyen pour que Google t’embrasse sur la bouche.
être rédacteur c'est être honnête illustration d'une femme qui fait un bras d'honneur
Être rédacteur, c’est comme en politique. Soit tu collabores et donc tu rejoins la masse de ceux qui acceptent. Soit tu résistes et tu te bats, fidèle à tes valeurs.

Tu veux savoir, ami rédacteur, pourquoi, sans le savoir, ton contenu éditorial joue contre toi ? Je vais te le dire.

Mais avant, tu n’as pas l’impression, quand tu lis le contenu web, de vivre dans le monde à Oui-Oui ? Tu n’as pas vu la même chose que moi ? Tout y est simple. Facile. Évident. Tu n’as qu’à suivre la stratégie de contenu qu’on te vend. Toutes ces recettes réchauffées pour les réseaux sociaux du style : « Les 5 astuces pour référencer en un mois ton site dans la première page de Google ». Ou « les 3 erreurs à éviter pour une stratégie de netlinking performante ». Et « tu vas tout exploser ».

La bombasse en string qui te masse le dos entre deux articles web, tu en rêves ?

Pour moi, désolé ami rédacteur, mais tout ça, c’est plutôt : « Mes 6 coups foireux pour te faire débourser 1 000 euros sans que tu réfléchisses trop à ce que je te raconte ». Du bullshit.

– Où on te fait croire que, dans au max quelques semaines, « tu vas pouvoir devenir nomade digital et écrire ton prochain article de blog les pieds dans ta piscine ».  Avec une bombasse en string qui te masse le dos. En matant du coin de l’œil ton chauffeur qui lustre le capot de ta Bugatti.

– Où on te soutient que « les inscrits à ta liste e-mail vont venir vers toi comme une armée de marcheurs blancs dans Game of Thrones ». Qu’ils vont acheter ta dernière formation sans même penser que leur compte à banque est sous la ligne de flottaison.

Tu veux savoir le pire ? C’est que tout ça, ça fonctionne. Enfin, pour ceux qui te vendent leur soupe. Mais ce que ne te disent pas ces marketeurs pro de la production de contenus, c’est qu’ils ont tout un régiment derrière eux qui bombarde le oueb de leur sauce façon malbouffe. Ils se disent : « Internet, c’est des millions d’abrutis prêts à gober ce que je raconte. Alors, si j’en capte qu’un millionième qui débourse ses 1 000 balles pour ma sauce, j’ai de quoi voir la vie peinard. »

Les marketeurs – copieurs, ils te chuchotent à l’oreille que « les inscrits à ta liste email vont venir vers toi comme une armée de marcheurs blancs dans Game of Thrones ». 

Tu le sais tout ça. Pourtant…

– leur page de vente au copywriting bien ciselée, tu la regardes quand même.

– Leur vidéo You Tube, tu les vois jusqu’au bout. Avec envie.

Car tu rêves de jours meilleurs. Car tu veux réussir. Car tu veux t’extraire de ce monde du travail formaté qui ne te convient plus.

Les types qui te vendent leur sauce, ils le connaissent, ton rêve. Alors, ils te disent ce que tu veux entendre. Ils ne parlent pas de toi comme un d’être censé, réfléchi. Pour eux, tu n’es pas une personne à part, unique. Mais tu es une conquête. Un client cible. Ces types, ils ne veulent pas t’aider. Mais trouver des clients. Vendre à tout prix grâce à une search engine optimization de feu.

La différence entre les marketeurs – copieurs et un vil politicien ? Il n’y en pas beaucoup. Tous exploitent tes envies, tes rêves. Ils te font croire qu’ils vont te permettre d’y accéder FACILEMENT. Et après, une fois que tu as signé, basta, tu n’entends plus parler d’eux. Et toi, tu restes au même point…

Ami rédacteur, il y a autre chose qu’on ne veut pas que tu saches…

Pour ces types marketeurs-copieurs, chaque post est une pub (déguisée). Chaque page est dictée par la loi du bon référencement. Chaque article web remplit leur compte en banque.

Le bon conseil qu’ils t’enrobent, pour toi qui galères, n’est qu’un argument pour que tu lises plus longtemps. Pour que tu les achètes. Toi qui as des rêves d’indépendance. Toi qui es entrepreneur (ou qui rêves de l’être). Toi qui crois en ce qu’on te dit.

Car tu es comme ça. Tu ne mens pas dans ta générosité d’entrepreneur. Alors tu estimes que c’est le cas aussi pour tous les autres blogueurs. Tu es sincère dans tes efforts de rédacteur. Tes lecteurs, tu les considères. Tes clients, tu les chouchoutes. Mieux, tu les aimes. Et tu as raison.

Il y a autre chose. Contrairement aux marketeurs qui te roulent dans la farine, tu n’as pas 10 000 euros de publicité Facebook à injecter. Tu n’as pas 10 000 inscrits à ta newsletter. (Rassure-toi, moi non plus.)

un rédacteur ne doit pas être un politicien - illustration d'un politicien avec un grand nez.
La différence entre les marketeurs – copieurs et un vil politicien ? Il n’y en pas beaucoup. Tous exploitent tes envies, tes rêves.

Tout ça fait que tu es la victime de ceux qui copient les génies du copywriting américain. Ils les copient bien, je te l’accorde. Mais où est leur éthique ? En quoi ne te manipulent-ils pas ? En quoi se distinguent-ils de ces politiciens qui prononcent des beaux discours auxquels ils ne croient pas eux-mêmes ?

Ils te vendent des solutions de marketing digital qui ne te sont pas accessibles. Qui ne correspondent pas à ton business. Qui ne sont pas adaptées à tes objectifs. Et ça, c’est dangereux. Car tu risques de tout balancer à la poubelle. Alors que tu as du talent.

Tu as un choix à faire dans ta vie de rédacteur web. Un choix dont tout dépend

Parmi les vrais copywriters, il y en a qui surnage. Il s’appelle Gary Halbert. Tu sais ce qu’il disait ? Que “le mot écrit est la plus grande source de pouvoir dans l’univers tout entier.” Car les mots poussent à l’action (Mandela contre l’apartheid, Obama avec son storytelling). Les mots te font chavirer (Edmond Rostand avec Cyrano de Bergerac).

Tu as le choix dans ta vie d’entrepreneur. Comme le dit big Gary, tu as le pouvoir comme rédacteur avec tes mots. C’est comme en politique. Tu dois choisir ton camp. Soit tu collabores. Soit tu résistes. Soit tu deviens marketeur – rédacteur bling bling. Soit tu deviens un slow rédacteur.

dessin d'un politicien qui fait une promesse.
Pour ne pas être un rédacteur – politicien, respecte tes clients comme tu dois te respecter toi-même.

Pourquoi je te dis ça ? Pourquoi je te recommande de bien réfléchir à ta stratégie de contenu ? Parce que ceux qui réussissent sur le long terme ont tous une ligne éditoriale puissante. Ils donnent de vrais conseils. Ils sont sincères.

Ceux qui réussissent sur le long terme sont sincères. Je te donne un seul exemple…

Je te donne un seul exemple, Olivier Andrieu et son site Abondance pour le référencement naturel SEO. Va voir ses vidéos. Achète ses bouquins. Tu en auras pour ton argent. Il ne dit pas à sa communauté ce qu’elle sait déjà. Il ne lui raconte pas ce qu’elle veut entendre. Il dit sa vérité. Celle qu’il a expérimentée. Celle en laquelle il croit férocement.

Andrieu, ce n’est pas un vendeur de rêve light. Il ne prétend pas que ça sera facile le référencement SEO. Ses formations web ne sont pas simplissimes. Il te prévient.

– Les techniques de référencement ne s’apprennent pas en deux minutes au bord de la piscine.
– Il te prouve que toucher des clients potentiels grâce à un bon référencement, ça va te demander des efforts à toi, rédacteur.
– Il est tout l’inverse des marketeurs bling-bling.

Andrieu s’est hissé au top. Et il va y rester. Pour longtemps. Voilà pourquoi il doit être un exemple pour toi. Ne t’inquiète pas pour tes finances. Dans ses vidéos You Tube, tu en apprendras beaucoup sur le blogging et l’ergonomie web sans te ruiner.

[Mais si tu es pressé, suis ce lien et je t’explique 94 % de ce que tu dois savoir des techniques de rédaction web. Le reste, c’est ton talent.]

Retiens une chose de tout ça, si tu es rédacteur ou blogueur. Et si tu veux réussir

Tu préfères quoi tous les jours ?

– Lire des articles qui changent ta perception ? Ou te rassurer avec des trucs qui te confortent ?
– Tu préfères stagner ? Ou progresser ?
– Tu préfères la franchise ? Ou être rassuré ?

J’ai la réponse. Toi aussi si tu lis ces lignes.

Alors, pour tes lecteurs, fais la même chose. Respecte-les comme tu dois te respecter toi-même. Dans ton marketing de contenu, sois honnête. Tu vas te faire détester pas des gens. Qui vont t’écrire des e-mails d’injures (comme c’est le cas pour moi). Mais c’est bien, ça signifie que tu ne laisses pas indifférent. Que tu es un rédacteur honnête. Un vrai slow rédacteur. Qui bouscule. Qui donne une perspective différente. Qui a une véritable expertise.

N’aie pas peur de ne pas être consensuel. Laisse ça aux politiques.

Tu vas gagner. Mais sois patient, ami rédacteur. Sois persistant. Les meilleurs sportifs s’entraînent des milliers d’heures.

Et sur le long terme, tu vas gagner. Ta communauté va te soutenir. Elle va te croire, car elle adhère à ta sincérité.

Tu veux une autre bonne nouvelle, ami rédacteur, pour le référencement de ton site internet ? Google, lui aussi, va t’aimer. Car il va voir que ton taux de rebond est faible. Lui aussi, il fait la guerre aux marketeurs fallacieux. Il en va de sa crédibilité.

Google veut que ses clients trouvent de la vraie matière dans la Serp. Google veut promouvoir un message fort. Il va récompenser ton contenu web. Sois patient. Creuse ton sillon comme un paysan laboure son champ (d’ailleurs, as-tu remarqué que les paysans reviennent vers le labour à cheval ou avec des ânes, plus économe et moins éprouvant pour la terre ?)

En agissant ainsi, tu deviens plus un journaliste web qu’un marketeur – copieur. Tu fais partie du monde restreint – mais puissant – des médias numériques.

Tu es un rédacteur qui a compris qu’écrire pour web, ce n’est pas te servir, mais servir les autres.

Damien Ricaut, storyteller

P.S. Tu veux devenir slow rédacteur ? Sois courageux et rejoins-nous.

4 commentaires

Siham · 3 mai 2019 à 16 h 16 min

Alors là, cet article correspond tout à fait à mon article sur mes débuts en blogging et pourquoi j’ai commencé. Mais intentions n’étaient pas les meilleures, je l’avoue, mais tout le monde vendait bien ce « vivre la vie de ses rêves et avec son blog ». Donc je me suis lancée naïvement jusqu’à ce que je découvre l’iceberg.
J’en parle dans mon blog avec l’article “les coulisses du blog de la débutante” http://www.valeurajouteeblog.com. Merci pour cet article.

    Damien Ricaut · 3 mai 2019 à 18 h 03 min

    Bravo Siham pour votre transparence. Je vais aller lire votre article car, j’avoue, le sujet m’intéresse vraiment.

Camille Gillet · 11 mai 2019 à 1 h 11 min

Quelqu’un a partagé ce papier dans un groupe de rédac’ à une personne qui demandait comment savoir si on est prêt, etc. etc.
Et ça fait très plaisir de lire quelque chose de punchy (déjà, ça change), et d’un peu moins “bisounours” que la rengaine habituelle du milieu.

Il est bon de voir que tout le Web ne se ressemble pas 😀

    Damien Ricaut · 11 mai 2019 à 18 h 14 min

    Bonjour Camille,
    C’est vrai que les posts ou articles partagés sur le web sont souvent “Bisounours” comme tu dis. Et ne sont que des copier-coller sans réelle plus-value. Mais d’autres rédacteur essaient de surnager et valent vraiment le coup. Ce sont eux qui doivent inspirer notre travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *